Saigyô importuné par les visites de ses anciens compagnons composant un poème où il en attribue la faute au cerisier (Paris, BnF, Japonais 1085 f.16v)

Notes

Source des données