France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Coislin 132

Texte du manuscrit

Source des données : Pinakes

Intervenant

Anciens possesseurs

Anciennement dans

Bibliographie

  • R. Devreesse, Catalogue des manuscrits grecs. 2, Le fonds Coislin, Paris, Imprimerie nationale, 1945 (Version en ligne)
  • B. Montfaucon, de, Bibliotheca Coisliniana, olim Segueriana..., Paris, 1715 (Version en ligne)

Présentation du contenu

  • PROCOPE DE CÉSARÉE. 1 (pp. 1-94. 113-115. 94-111) de aedificiis (éd. Haury, 1913). L'ouvrage semble avoir été copié sur le Vat. gr. 1065 (cf. J. Haury, dans les Sitzungsberichte de l'Acad. de Vienne, 1895, p. 174-175) ; il s'achève par les mots παράδεισοι κατάφυτοι δένδροις, ἀρώματα (— VI, 7 : Haury, p. 184, 7). Un passage du livre V omis (p. 94) a été suppléé (p. 113-115 [παντάπασι τε διεφθαρμένην — ἐν δημοσίῳ ἐδείματο] ; Haury, p. 154, 6-158, 21) ; il est immédiatement suivi (pp. 115-117) d'un fragment de [JEAN D'ÉPIPHANIE] (C. Müller, Fragm. hist. graec. [éd. Didot], t. IV, p. 275, 11 πολιορκίαν καθίστησι — 276) ; à la p. 1, table des six livres du « de aedificiis ». 2(pp. 121-210) historia arcana, copiée sur un exemplaire mutilé, le Vat. gr. 1001 (Haury, Sitzungsberichte, loc. cit.) ; inc. mut. λόγοις ἐρρήθη ἐνταῦθα δὴ (éd. Haury, 1906, p. 7, 15) ; les derniers mots sont le début du chap. 30 : Εἰ δέ τινα καὶ τοῦ τῆς πολιτείας ξυμφόρου ποιεῖται (Haury, p. 181, 1), l'archétype faisant défaut à cet endroit comme il est indiqué dans la marge.

    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Historique de la conservation

Notes

  • Manuscrit copié par Christophe Awer, peu avant le milieu du XVIe siècle, pour le compte du card. Georges d'Armagnac, ambassadeur de France à Venise et à Rome. Titres, sommaires, initiales majeures en rouge ; quelques additions et corrections. Brefs sommaires en grec et en latin. Le manuscrit était dans la bibliothèque du chancelier Séguier en 1663, comme le signale Maltret dans l'avertissement du tome II de son édition de Procope. Après avoir passé dans la bibliothèque Coislin et celle de Saint-Germain il arriva à la Nationale en 1794, ainsi qu'en témoigne une note collée au contre-plat antérieur. (Source : BnF, Département des manuscrits)

Sources des données