France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Grec 2476

Référentiel d'autorité Biblissima : https://data.biblissima.fr/entity/Q54545

  • Nom d'usage : Damian - Heliodore de Larissa, Optique : texte grec avec une traduction latine. Guarino Veronese, Regule Grammaticales (fragments).
  • Autre forme de la cote :
    • Paris. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, gr., 2476
  • Conservé à : Paris. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits
  • Date de fabrication :
  • Lieu de fabrication :
  • Nombre de feuillets : 18 fol.
  • Réglure :
    • REGLURE
      Réglure à pointe sèche qui n’est plus visible sur a partie papier. On la distingue bien en revanche sur les folios de parchemin, où elle est du type Leroy-Sautel 00D1
  • Estampille :
    • ESTAMPILLES
      ff. 1r et 12v : estampille du premier quart du XVIIIè siècle, modèle Josserand-Bruno n. 6
  • Reliure :
    • RELIURE
      Reliure de cuir rouge sur ais de carton, marquée au dos au chiffre de Louis-Philippe. Le titre en long sur le dos est inscrit en majuscules dorées : HELIODORI OPTICA
  • Aspects codicologiques :
    • FOLIOTATION
      Foliotation à l’encre noire dans le coin supérieur droit. La foliotation est continue, même sur les 4 folios restés blancs
      CAHIERS
      La partie la plus récente est composée de deux quaternions de papier, dont les 4 derniers folios sont vides. Les deux folios de parchemin constituent peut-être un bifeuillet
      SIGNATURES
      Pas de signature de cahier, pas de réclames
  • Décoration :
    • DECORATION
      Aucune décoration. Seules des initiales de paragraphes sont rubriquées pour les deux folios de parchemin
  • Écriture :
    • ECRITURE
      Copiste anonyme de la fin du XVIè siècle. Il s’agit vraisemblablement d’une copie personnelle de quelques fragments du texte d’Héliodore et de leur traduction, réalisée à partir de l’édition de 1573.
      Surface d’écriture : 170 x 105-110. 22 lignes par page.
      Les fragments sur parchemin sont d’une main plus ancienne. Il s’agit d’une belle minuscule humaniste latine du XVè siècle, anonyme également

Texte du manuscrit

Source des données : Pinakes

Intervenant

Anciens possesseurs

Anciennement dans

Présentation du contenu

  • ff. 1r-6r : Heliodore de Larissa-Damian, Optique (fragments), éd. R. Schöne, Damianos Schrift über Optik, Berlin, Reichsdruckerei, 1897. Ἡλιοδώρου Λαρισσαίου κεφάλαια τῶν ὀπτικῶν. Inc. αʹ. Ὅτι προβολῆς τινος ἀφ’ ἡμῶν… Expl. πρὸς ἴσας κλᾶσθαι γωνίας. F.6v vacat.


    ff. 7r-12r : traduction latine du texte précédent, ed.princ. Heliodorus Larissaeus, capita Opticorum, gr. et lat. Florentiae, ex off. Juntiana, 1573, in =-4°. Rééd. E. Danti, Prospettiva di Euclide…, Florence, 1573. Titre : Heliodori Larissaei, Capita Opticorum. Inc. Quadam a nobis proiectione ea…, Expl. …aequales angulos frangi demonstratum est.
    ff. 12v-16v : vacat


    ff. 17r-18v : Guarino Veronese, Regulae Grammaticales (frg.), éd. Venise 1471 f.24v sqq (voir exemplaire de Munich BSB-Ink G-418 = Gesammtkatalog der Wiegendrucke GW 11 617). Inc. sciendum est quod novissimus… Expl. A verbo communi quatuor descendunt…


    (Source : BnF, Département des manuscrits)
  • (1)Heliodori Larissæi optica ; —


    (7)accedit versio latina ; —


    (17)Fragmenta grammatica, lat


    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Historique de la conservation

  • Baluze.-Reg. 3403.

    (Source : BnF, Département des manuscrits)
  • Ce manuscrit semble constituer une copie personnelle effectuée à partir de l’editio princeps donnée en 1573 par la maison d’édition Junta à Florence (cf. éd. ci-dessous). La même année paraissaient le texte grec et sa traduction latine augmentés d’une traduction italienne par Egnazio Danti, à la suite de l’optique d’Euclide (La Prospettiva di Euclide nella quale si tratta di quelle cose, che per raggi dirittí si veggono, e di quelle che con raggi reflessi nelli specchi appariscono, tradotta dal R. P. M. Egnatio Danti,... con alcune sue annotationi... Insieme con la prospettiva di Eliodoro Larisseo, cavata della libreria vaticana e tradotta dal medesimo... )
    On remarque, notamment dans le texte grec, un certain nombre de corrections qui ne correspondent pas à l’édition de 1573, et qui sont d’une autre main. Le texte a clairement été remanié.
    Le bifolium de parchemin ajouté à la fin du codex n’a aucun lien avec ce qui précède. On serait tenté d’y voir du parchemin de remploi qui aurait servi à lier les deux cahiers mathématiques. Ils portent néanmoins tous les deux trace d’une cote.
    L’ensemble de ce codex fut en possession d’Etienne Baluze, bibliothécaire de Colbert. Sa bibliothèque personnelle fut vendue après sa mort à la bibliothèque du roi en 1719, soit après la rédaction du grand catalogue de Nicolas Clément en 1682. Ces volumes nouvellement entrés reçoivent une cote, non pas à la suite du dernier numéro attribué par Clément, mais issu d’une tranche de cotes non-attribuées dans un premier temps. Le catalogue manuscrit de Nicolas Clément (Paris. lat. 9355 et 9356) ne comporte pas de manuscrits 3403 à 3420, et celui-ci devient donc le regius 3403. Le premier folio de parchemin porte l’indication 3405, mais il ne s’agit pas de la même main. La proximité avec le nombre précédent est peut-être une coïncidence. Il est également possible que ces deux textes soient entrés en même temps à la bibliothèque royale, dans le lot des acquisitions de Baluze, mais en tant que deux volumes séparés, et qu’ils n’aient été reliés ensemble que sous Louis-Philippe. Cela semble indiqué aussi par l’absence d’estampilles sur la partie en parchemin, qui n’a donc pas dû, à son entrée dans la collection, être considérée comme un texte à part entière, mais constituait sans doute l'enveloppe de protection de la petite liasse contenant le texte grec et sa traduction.

    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Notes

  • Les ff. 17-18 (parchemin), du 15e siècle, sont en latin (Guarino Veronese, Regulae grammaticales: fragment) (Source : Pinakes)

Vie du livre

Sources des données