France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Supplément grec 928

Texte du manuscrit

Source des données : Pinakes

Pseudo-Juvenalis Hierosolymitanus : Epistula ad Iulium I Papam [Grec].

Quaedam (Aenigmata) [Grec].

  • Œuvre associée : Quaedam (Aenigmata)
  • Feuillets : In tegumento
  • Incipit : Ἄσπρο εἶναι χωράφι καὶ μελαχρινὸς ὁ σπόρος (Source : Pinakes)

Quaedam (Historica) [Grec].

  • Œuvre associée : Quaedam (Historica)
  • Feuillets : 001
  • Incipit : Πρὸ πάντων καὶ συμπᾶσι καὶ διὰ πάντων χρὴ τὸν ἀληθῆ Χριστιανόν (Source : Pinakes)

Varia (Exegetica) [Grec].

  • Œuvre associée : Varia (Exegetica)
  • Feuillets : 126
  • Incipit : Οὕτως φησὶν ὁ προφήτης πρὸς Θεόν (Source : Pinakes)

Ancien possesseur

Anciennement dans

Bibliographie

  • C. Astruc, M. Concasty, Bibliothèque nationale. Catalogue des manuscrits grecs. Troisième partie : Le Supplément grec, Tome III, numéros 901-1371, Paris, 1960 (Version en ligne)
  • A. Cataldi Palau, « Bindings of the sixteenth century from the monastery of St Nicholas Anapausa in the Meteora », Το βιβλίο στο Βυζάντιο: Βυζαντινή και μεταβυζαντινή βιβλιοδεσία. Πρακτικά Διεθνούς Συνεδρίου, Αθήνα 13 - 26 Οκτωβρίου 2005, βιβλιοαμφιάστης 3, Athêna, Ελληνική Εταιρεία Βιβλιοδεσίας, 2008, p. 317-342

Présentation du contenu

  • (ff. 1-115v) Palaea historica, compilation de l'Ancien Testament, mêlée d'emprunts aux apocryphes (n° 126, 3 de l'inventaire de F. Stegmüller, Repertorium Biblicum Medii Aevi, I, Madrid 1940, p. 101 ; éd. A. Vassiliev, Anecdota graeco-byzantina, I, Moscou 1893, pp. 188-290, l. 15). Notre texte, introduit par les mots Ἀρχὴ τοῦ παλαιοῦ, débute de la façon suivante : Πρὸ πάντων καὶ συμπᾶσι καὶ διὰ πάντων χρὴ τὸν ἀληθῆ χριστιανὸν ἐπίστασθαι τί Θ(εό)ς, καὶ πῶς Θ(εό)ς, κατὰ τί Θ(εό)ς ; notre rédaction offre de nombreuses divergences de détail par rapport à l'édition, mais fournit essentiellement le même enchaînement de récits, ce qui ne doit pas être le cas, malgré la similitude des incipit, du cod. Athous 3875 (= Dionysiou 341), § 1 (cf. Sp. Lambros, Catalogue... Athos, t. I, Cambridge 1895, pp. 413-414), non mentionné par Vassiliev dans sa préface (cf. op. cit., pp. XLII-LI). Quatre lacunes : a) après 55v, manquent les mots : νόμος εἰς παιδαγωγίαν — Ἐ[γώ εἰμι (éd., p. 239, l. 20-p. 240, l. 15) ; b) après 95v, qui s'achève sur les mots ταῖς ιϐ' φυλαῖς διεῖ | (l'éd. est défectueuse en cet endroit, cf. p. 275, l. 6), le f. 96 reprenant à οἰκεί]αις χερσί μου (éd., p. 276, l. 8) ; c) après 107v, manquent les mots : ἀ]πέρχομαι πρὸς τὸν — διαναπαύθητι (éd., p. 285, l. 5-l. 28) ; d) après 111v, manquent : εὕ]ρωμεν οὖν - ὁ Ἀσμόδεος (éd., p. 288, l. 23-p. 289, l. 16). Vers la fin, les différences s'accentuent entre le ms. et l'édition : après ce qui correspond (f. 110v) à la fin de II Reg. (dans l'éd., p. 287, l. 16), on lit (ff. 110v-111) sous le nom d'Olympiodore (?) un morceau que n'a pas l'édition, sur les péchés de Salomon (cf. III Reg. 11, 1-8), assez proche de Théodoret, quaest. 36 in III Reg. (M. 80, 700 C-701 A), puis (ff. 111-113) un résumé du livre de Tobie (éd., p. 288, l. 5-p. 290, l. 15), que suivent trois sections sans équivalent dans l'édition, soit (ff. 113-115) l'histoire de Gédéon (cf. Jud. 6-8), ensuite (f. 115r.v) le récit de la vengeance de l'outrage fait à Dina (cf. Gen. 34), et pour finir (f. 115v) une liste des enfants d'Abraham et de Cétura (cf. Gen. 25, 1-4).


    Sans solution de continuité par rapport à ce qui précède, la fin du volume contient :


    a(ff. 115v-119. 119v-125) [PS.-NONNUS], Collectio et interpretatio historiarum, quarum meminit s. Gregorius Nazianzenus in oratione in Sancta Lumina (orat. 39). Rédaction abrégée et altérée (insertion de fragments du commentaire [de COSMAS DE JÉRUSALEM) sur les poèmes de s. Grégoire). Il y a 25 « histoires », à savoir : 1, de Iove (inc. Κρόνος τὴν Ῥέαν [sic] γενόμενος σύνοικος : cf. M. 36, 1065 B 3 ss) ; 2, de Phrygum excisione (cf. M. 38, 502, ll. 16-27) ; 3, de erepta virgine (M. 36, 1065 D 2-1067 B 13 : hist. 2) ; 4, de femore parturiente imperfectum fetum (M. 36, 1068 C 1-14 : hist. 3, début) ; 5, de Mendeciis hircis (M. 36, 1072 C, hist. 11) ; 6, de bove Api (M. 38, 508, ll. 23-31) ; 7, de Nilo (M. 36, 1072 CD : hist. 12) ; 8, de animalibus et serpentibus quos venerabantur Aegyptii (M. 36, 1072 D : hist. 13). Notre ms. ayant été copié sur un modèle brouillé, on trouve en cet endroit (f. 119, ll. 15-18) la souscription (Ἐπληρώθησαν αἱ ἱστορίαι κε' ἃς μέμνηται ὁ Θεολόγος εἰς τὸ « Πάλιν Ἰησοῦς ὁ ἐμός », στηλιτεύων τῶν Ἑλλήνων καὶ τῶν ἑτέρων ἀνοήτων τὴν ἄνοιαν), que suit, sans aucune marque distinctive, le début du texte relatif à des difficultés de calendrier, analysé plus bas. Au f. 119v, l. 3, reprise des « histoires » : 9, suite de l'hist. de femore parturiente imperfectum fetum (M. 36, 1068 C 14-1069 A : hist. 3) ; 10, de Venere (M. 36, 1069 B : hist. 4) ; 11, de Dionysi phallis (cf. M. 38, 487, ll. 1-17) ; 12, de Taurorum caede (M. 36, 1069 C : hist. 5) ; 13, de festo μαστίγων (cf. M. 38, 508, l. 35-509, l. 15) ; 14, de Tantalo et Pelope (M. 38, 476, ll. 14-28 ; 15, de Hecate (M. 38, 487, ll. 18-26) ; 16, de Trophonio (M. 36, 1069 C : hist. 6) ; 17, de Dodonaea quercu (§ plus développé que dans M. 36, 1069 D, hist. 7 : cf. cod. Vatic. gr. 1663, d'après C. Giannelli, Codd. Vatic. gr.... 1485-1683, Vatican 1950, p. 403) ; 18, de tripode Delphico (cf. M. 38, 498, ll. 26 ss) ; 19, de Castalia (M. 36, 1069 D : hist. 8) ; 20, de magis (M. 38, 619, hist. 1) ; 21, de Chaldaeorum astrologia (ibid., hist. 2) ; 22, de Thracibus (ibid., hist. 3) ; 23, de poenis Mithrae (M. 36, 1072 A : hist. 9) ; 24, de Osiride (M. 38, 508, ll. 8-16) ; 25, de Iside (M. 36, 1072 B : hist. 10, des. σημαίνοντα = σημαίνοντες 1072 B 11), à quoi s'enchaîne (f. 125, l. 4), sans même une marque de ponctuation, la suite du morceau décrit ci-après, dont le début se lit au f. 119.


    b(ff. 119, l. 18-119v, l. 2. 125, l. 4-126) Segmenté en deux tronçons par suite du désordre de l'exemplaire (v. plus haut), un développement relatif aux dates de célébration de la Nativité et de l'Épiphanie, sous la forme d'une lettre supposée de Juvénal, patriarche de Jérusalem, au pape Jules I (inc. Τὸν γὰρ πρὸ τούτων καιρόν, ἐν μιᾷ ἡμέρᾳ) : c'est l'ἀναγκαία διήγησις éditée par J.-B. Cotelier, d'après le Paris. gr. 900, f. 120r.v, dans les notes de son éd. des Constitutions Apostoliques, livre V, chap. 13 (éd. reprise dans M. 1, 861 B 15-862 C 15).


    c(ff. 126-128v) Sous le titre Αἱ δηλώσεις τῶν τοιούτων ῥημάτων, éclaircissement de divers passages de l'Ancien Testament (dans la mesure, semble-t-il, où ils préfigurent le Nouveau). Inc. Οὕτως φησὶν ὁ προφήτης πρὸς Θεόν · μὴ εἰσέλθης εἰς κρίσιν μετὰ τοῦ δούλου σου (Ps. 142, 2). On trouve cités les psaumes 17, 31, 46, et les prophètes Isaïe, Jérémie et Zacharie.


    d(ff. 128v-137) Quarante-deux ἐρωταποκρίσεις, parmi lesquelles on reconnaît : (ff. 128v-131) PS.-ATHANASE, quaestiones ad Antiochum ducem (M. 28) 7-9. 11. 25. 34. 46. 47. 64. 65. 74. 75. 79. 115, et (ff. 136v, l. 10-137) PS.-ATHANASE, quaestiones aliae (M. 28, 773 ss) 1. 2. 5-7, que suivent deux questions non identifiées, la dernière relative à Ps. 18, 3.


    e(ff. 137v-138v) Sans distinction d'aucune sorte par rapport à ce qui précède, douze proverbes en grec vulgaire (inc. Ἄτυχος νέος τὰ ἴδια ἐκούρσευεν), chacun accompagné d'une paraphrase édifiante en grec savant (éd. K. Krumbacher, Mittelgriechische Sprichvvörter, dans les Sitzungsberichte der philos.-philol. u. der hist. Classe der k. b. Akad. der Wiss. zu München, 1893, 2) : ce sont les numéros 69. 70. 36. 72. 37-41. 2. 42. 62 de la « Zusammenstellung » de Krumbacher (op. cit., pp. 116 ss). Après le dernier proverbe, suit (f. 138v, dern. l.) le début d'une question : Ἆρα πᾶσα ἀμαρ[τία.


    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Notes

  • Dix-neuf cahiers, quaternions à l'exception des cahiers : 1 (6 ff.), 4 (7 ff.), 8 (7 ff., un feuillet ayant été arraché après 55), 13 (6 ff., deux feuillets manquant après 95), 15 (6 ff., par suite de la chute d'un feuillet après 107 et d'un autre après 111), 19 (2 ff., le volume étant mutilé de la fin). Les signatures originelles sont encore visibles (dans la marge inférieure du premier feuillet) sur huit cahiers : la première, γ', au f. 15.
    Papier italien du XVIe siècle (filigrane : Chapeau sommé d'une croix, ne coïncidant exactement avec aucun numéro de Briquet).
    Écriture lisible, sans élégance ; le copiste était un homme peu instruit et sans esprit critique, qui copia un modèle brouillé sans y rien comprendre (v. plus haut, à propos des ff. 119-126).
    Ornementation grossière : initiales majeures en rouge ainsi que les titres ou certaines citations ; quelques bandeaux sans art (v. ff. 1. 126).
    Diverses inscriptions marginales : celles des marges inférieures des ff. 60v-61 et du f. 138 sont de la même main. Une autre main a écrit une invocation au Christ (f. 5, marge extérieure), une autre inscription (f. 82v, marge extérieure), ainsi que diverses sentences sur les contre-plats de la reliure : sur le contre-plat postérieur, on trouve, exprimée deux fois, une énigme néo-grecque (inc. Ἄσπρο εἶναι τὸ χωράφι καὶ μελαχρινὸς ὁ σπορός).
    Selon Η. Omont (Missions archéologiques françaises en Orient..., Paris 1902, t. II, p. 857, n. 6), le manuscrit proviendrait d'un monastère des Météores, en Thessalie. Il entra à la Bibliothèque nationale, par voie d'achat, le 19 juin 1883.
    (Source : BnF, Département des manuscrits)

Sources des données